Histoire des Phulpin

Les Phulpin arrivèrent à Frangy vers 1814 avec Joseph qui est alors gendarme (compagnie du Léman) dans cette commune ou peut-être à Cruseilles. Joseph venait du département des Vosges. En 1814, il fit un enfant (Jean Louis) à Anne Cottin dont il reconnut la paternité sans épouser cette dernière. Un an plus tard Anne se maria avec Jean Lupin et eu d’autres enfants avec M. Lupin qui furent demi frères et demi-sœurs de Jean Louis Phulpin.
Avant 1870 Jean Louis Phulpin tenait « le café de la jeune Italie » (1948). Jean Louis avait donné ce nom à son café en l’honneur du retour de la Savoie sous le régime Sarde. 
L’ancienne mairie de Frangy fut louée par la commune de 1870 à 1881 à Jean-Louis Phulpin (ou plutôt à sa famille) par adjudication. C’est en fait son fils Francois déjà marchand tailleur (âgé de 26ans) qui le 1er mai 1980 porta l’enchère décisive pour 160 francs (voir amodiation de l’ancienne mairie : gazette de Frangy de 2010 N° 12)
La commune vends en 1881 cette maison à Jean Louis pour la somme de 2000 francs. Francois était décédé (1880) lors de la vente et c’est Louis un autre fils de Jean Louis qui repris le commerce. 
Louis puis son fils Claudius et son épouse Gabrielle prirent la succession de ce commerce de confection / mercerie. Après le décès de Claudius on retrouve Gabrielle et sa fille Yvonne au magasin. Lucienne la sœur d’Yvonne nous raconte ses souvenirs dans la gazette de Frangy de 2006. (clic)
Gabrielle vint habiter Frangy, présentée à son future mari Claudius Phulpin par les Lion qui travaillaient chez les Taponier au Chable. La mère de Gabrielle, Joséphine née Taponier épouse Bertherat dit Paccard, habita quelques temps à Frangy avec sa fille. On retrouve Joséphine sur le recensement de Frangy de 1938.

Claudius et Gabrielle Phulpin

Debout de gauche à droite: Louis Bertherat dit Paccard, Gabrielle sa Soeur avec Lucienne Phulpin dans les bras, Claudius Phulpin.

Assis de gauche à droite Joséphine Taponier (mère de Louis et de Gabrielle) qui tient la main d’Yvonne enfant, Hyppolite Bertherat dit Paccard son mari.

Maison Phulpin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *