Les familles du château du Crest

Nous voulons évoqué le  château Du crest de Jussy (GE)  (clic) car il semble avoir joué un rôle important dans les histoires des branches Ducrest de Savoie (voir aussi  la page  Ducrest du haut-chablais).

Jussy : Située à l’extrémité nord-est du canton de Genève, à 11 km du centre ville de Genève, Jussy se situe, par sa superficie au 4ème rang des communes genevoises, avec ses 1135 hectares dont un tiers en forêt. Son point culminant est à 516 mètres, au hameau de Monniaz, et correspond à l’altitude la plus élevée du canton de Genève.

Ancien mandement épiscopal, la commune de Jussy a connu un destin étroitement lié à la cité puis à la République de Genève. Située à l’écart de l’agglomération, elle a conservé à ce jour son caractère campagnard et possède une composante agricole et viticole ainsi qu’une zone de bois importante.

Armoiries

Porte de gueules, au château à deux tours crénelées, posé en chef, accompagné en pointe de deux tours rangées en fasce, le tout d’or, maçonné, ouvert et ajouré de sable. Ces armes de composition rappellent les 3 châteaux de Jussy :

  • – Le château épiscopal de Jussy-l’Evesque
  • – Le château des Nobles de Jussy
  • – Le château du Crest

Le mandement des eveques de Geneve de Jussy est le seul qui ne leur a jamais été contesté malgré les oppositions avec les comte de Genève ou la famille des “De Savoie” ou les de Faucigny.

Deux auteurs ont évoqués Jussy. En 1917 André Corbaz et plus récemment Matthieu De La Corbière 2001. Il nous décrivent 2 “des châteaux de Jussy”. Andre Corbaz nous parle du château du Crest et Matthieu De La Corbière “Du château des évêques”. Un château à l’est du village, l’autre à l’ouest.! Nous vous invitons à consulter leurs ouvrages.

Les situations des châteaux sont mises en évidence sur les cartes ci-dessous. Il y avait une troisième maison forte la “maison forte de Lulier à Jussy”, peut-être celui de la famille des nobles “de Jussy” .

Carte de l’état major sarde de 1847. Source: Les Chastel par P. Guichonnet p. 97. En rouge le château du Crest, en vert l’autre château.

 

“Les Châteaux ” de Jussy sont intimement liés à l’histoire du mandement de Jussy des évêques de Genève. Les évêques avaient deux autres mandements eux plus contestés: Peney et Thiez (Viuz en Sallaz).

Le mandement de Jussy a probablement existé avant la création des châteaux. Les raisons de l’appartenance de ce mandement aux évêques sont multiples et très politiques. Aymon de Granson voulu consolider militairement son domaine avec la création du château de l’Ile à Genève puis de châteaux dans les trois mandements. La vie tumultueuse d’Aymon a fait l’objet d’une publication dans la revue de la SHAG  (Polémiques religieuses) en 1979 (ref.7). Jusqu’à Aymon de Grandson, le mandement était gouverné, sous la domination des évêques, par deux têtes un châtelain et un vidomne. Le châtelain était en charge des affaires militaires et le vidomne des affaires juridiques et financières. Avec Aymon (1215-1260), le vidomne semble quelque peu s’effacer au profit du châtelain. Une famille d’Anthy issue des de Villette aurait jusqu’en 1250 (1373 ?) joué un rôle important dans le mandemenent (en 1178-1203 Guillaume d’Anthy apparaît avec le titre de Vidomne voir Armorial De Foras 5-2 page 631). Une modification territoriale est intervenue en 1536 avec la réforme. Le duc de Savoie Charles Emmanuel 1er dut, en 1603, reconnaître l’indépendance de la république de Genève qui conserva les terres du couvent Saint-Victor et du chapitre épiscopal à Jussy, gy et Corsinge. Elles formeront, un mandement enclavé dans le chablais et le Genevois savoyard.

Jussy est mentionné pour la première fois en l’an 1180 dans un acte de donation. Y figure la signature de Noble Frévard de Jussy, chanoine de Saint-Pierre. Le village fortifié de Jussy sous la forme d’un Bastide, comme on en trouve en Languedoc, a été fondé en 1305 par l’évêque Martin de Saint Germain. Matthieu de la Corbiere nous décrit un château collé à cette bastide. C’est le château des Évêques édifié plus tôt sous Aymon de Grandson. IL fut détruit à la fin du XVIeme. Aujourd’hui, le lieu est revendiqué par un domaine viticole qui dit occuper une ferme de ce château disparu. (http://www.chateauleveque.ch/). Dans Jussy: Facettes d’un patrimoine on trouve de très belles représentations 3D de la bastide et du château (1 exemple ci-dessous).

 

Le château du Crest qui nous intéresse est lui, hors du village. Par rapport au “château des évêques”, on le considérerait aujourd’hui comme “privé”. Suivant André Corbaz il y a eu deux époques pour ce Château. Pour la première époque, avant la réforme, Il a probablement été édifié à la même époque que le château des évêques qui a été construit par Aymon de Grandson (clic), évêque de Genève de 1215 à 1260 (ref. 7) qui était un vrai seigneur féodal (voir 1219 traite de Desingy)

 

Le château est attesté en 1266. Les premiers propriétaires du Château du Crest sont les “De Compey” au XIIIeme siècle. Un de Compey : Gerold était official de justice à Genève en 1226 donc proche de l’évêque alors que sa famille était vassale du comte. Donc leurs relations avec les évêques de Genève sont importantes. Aymon de Grandson fut suivi par l’évêque Henri Debout (1260-1267) (appelé également Henri de Bottis) qui acquis des parcelles de vignes jouxtant le château de Jussy (déjà des vignes !). Puis Aymon de Cruseilles de Menthonay (clic) devient évêque de Genève en 1268, il continua les acquisitions autour des trois mandements, Aymon de Menthonnay est conseiller du prince Pierre de Savoie. C’est une manière de régler certains conflits. Il est notre clin d’œil avec les Du Crest de Cruseilles!

Aymon de Menthonay (Menthonnex en Bornes) est donc aussi appelé Aymon de Cruseilles. Comme nous le dit Dominique Bouverat (voir bibliographie): “l’origine du personnage est matière à controverse”. La double dénomination dans les textes, “de Menthonay ou de Cruseilles” permet éventuellement d’envisager que l’évêque Aymon pourrait-être issu d’une famille noble dite de Cruseilles, citée au début du XIIeme siècle et qui vend son fief du même nom au comte de Genève en 1220. Ce lignage se serait ensuite replié dans son fief de Menthonnex, particulièrement stratégique puisqu’il contrôlait la route de Cruseilles à la Roche (voir notre page les routes d’Annecy à Geneve). Pour appuyer cette assertion, on peut préciser ici que les Menthonnay étaient particulièrement influents dans la région de Cruseilles, fondant notamment un hôpital au Mont-Sion….

Nota: Besson, dans son Mémoire pour l’histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, tarentaise, Aoste et Maurienne et décannat de Savoye (1759) en fait un chanoine de Sixt issu d’une famille de la Tour (Incompatible ?).

Les Compeys occupaient un fief au lieu dit “la motte castrale de Compois” à  1.6kms du château du Crest. Le domaine fut vendu vers 1341 au sire de Faucigny qui l’inféoda au chevalier Humbert de Choulex qui le vendit rapidement à Pierre du Peronnet de Compensières( ref.8 p239).  Ce Pierre, maréchal du comte Aymon de Savoie, vendit le tout le 23 Juin 1344 à Mermet de Rovorea alias de Alpibus, seigneur de la Roche d’Ollon…Le Crest faisait parti du lot. Ce fief resta près de deux siècles une possession des de Rovorée . Le chevalier Jacques de Rovorea (frère de Louise) (clic), le condottiere mort en 1528 dans les plaines de la Campanie, en fut le dernier seigneur avec ce nom de Rovorée. Jacques de Rovorée avait épousé Renée de Viry en 1513. A la mort de Jacques c’est sa sœur Louise qui reprit très temporairement le château. De procès en procès concernant la dote de Renée, le château passa aux de Viry en 1554. Avec les guerres en 1590 Le Crest fut garnison pour les troupes de Genève ! Apres l’attaque des de Savoie, le Crest fut détruit entre le 7 Juillet et le 2 Aout 1790!

Difficile de tracé l’origine du nom Du Crest à travers tout ces échanges !  Dès la construction au XIIIeme siècle ? Avec Aymon de Menthonnay ? Avec les de Rovorée ? Un certain travail reste à faire comme le note Matthieu de la Corbière ! On lit en Latin  “…sitam apid crie..” entre 1034 et 1311 donc ce serait après Aymon mais avant les de Rovorée . Ceci est confirmé en  1344 lors de l’achat par Mermet de Rovorée : “…apud crestum domum….”. On oublie donc les De Rovorée pour cette origine du nom Du  Crest. Faut-il garder Aymon de Menthonnay ?

Nota 1 :  Vers 1400 une branche des Menthonnay vivait dans l’entourage des de Compeys.

Nota 2 : Dans le mandement du Peney, sur l’autre rive du Rhône, une maison forte porte aussi ce nom “du cret”, ce mandement se situant le long du ruisseau du Cret près de Genève (N°94) près de Malval.

On peut se référer au livre Mandement et chastellenie de Jussy-L’evesque par Andre Corbaz dont nous publions quelques extraits en liens (ref. 1-2-3-4)

 

Synthèses pour les  propriétaires de ce château : Le crest constituait un fief noble (ref 8 page 240).

  • La famille des Compeys de 1227 à 1341
  • Humbert de Choulex de 1341 à 1343
  • Pierre de Compensières de 1343 à 23 juin 1344
  • Les de Rovorée (De Rovoreaz) A partir de 1344
  • Les de Viry à partir de 1554

Le blason de cette famille de Rovorée est très proche de celui des Du Crest de Cruseilles doit-on y voir une relation entre les familles, c’est un point non encore éclaircit qui mériterait de l’être pour nos études généalogiques (cf notre page Heraldique). Marie Du Crest épouse d’Allauzier vécue au château Du Crest à Jussy vers 1450! Marie était née à Cruseilles ! Ceci suffit-il à prétendre que les Du Crest de Cruseilles sont une branche des De Rovorée ? Sans valider cette hypothese nous la considérons comme plausible.

Blason des De Rovorée

Blason des Ducrest De Cruseilles

De 1344 à 1550, nombreux sont les De Rovoree qui se sont faits appeler Du Crest mais on ne voit l’apparition du nom de Ducrest seul, que lors d’alliances avec les De Blonay (clic). Les De Blonay ont surement acquis ce titre par l’alliance avec deux Louise de Rovorée ( ou peut-être beaucoup plus tôt !!!) et par leur séjour dans ce château du Crest.

• Une Louise I de Rovorée mariée avec un Etienne de Blonay en 1471.
• Une seconde Louise II de Rovorée avec un Michel de Blonay vers 1505. Louise II de Rovorée eut une vie tumultueuse. Cette Louise de  Rovorée deuxième du nom possédait le château du Crest. Elle a eut une liaison avec Jacques de Savoie en 1550 et une petite Pernette Du Crest est née de cet idylle interdite. Pernette a épousé un Grangier. //voir: Registres du Consistoire de Genève au temps de Calvin. Tome V (juillet 1550).
• Un Michel Ducret époux de Pernette de Blonay en 1647 a donné descendance Du Crest. Cette Pernette de Blonay, dame de Saint-Paul, de Maxilly et de Bernex en partie, était demoiselle huguenote par sa mère bernoise. Selon Charles Olivier Blanc, il semblerait que cette branche, établie en pays de Gavot, porte blason “d’azur à l’aigle royal à la cotice de gueules”. On trouve quelques fois que ce Claude Ducrest, le père de ce Michel, était en fait un Claude De Blonay. Nous devrons éclaircir ses ascendances et descendances et valider cette affirmation.

—————————————————–

Le Crest renaîtra de ces cendres en 1620. C’est le début de ce qu’on qualifie de deuxième période. Le domaine du Crest fut acquis par Agrippa d’Aubigné qui fit reconstruire un château sur le même emplacement. Les travaux furent achevés en 1626. L’écrivain baroque meurt en 1630 et le château passe dans les mains de la famille Micheli quelques années plus tard. Il est toujours la propriété de cette famille qui garda le nom de Du Crest et qui a fait de ce château un autre magnifique domaine viticole (clic).

A suivre prochainement !

 

—————————————————–

Référence Bibliographie et sites webs liés :

  1. Revue historique vaudoise 1918 : p 129 document de H . MEYLAN-FAURE
  2. La seigneurie du Crest Rière Jussy (clic)
  3. UN CONDOTTIERE VAUDOIS: Le chevalier Jaques de Roverea, seigneur de Crest (clic)
  4. Mandement et chastellenie de Jussy-L’evesque par Andre Corbaz (quelques liens vers des extraits dans le texte ci-dessus)
  5. MDAS tome 107-108 année 2002 L’invention et la defense des frontières dans le diocèse de Genève : Matthieu de la CORBIERE
  6. MDAS tome 105 (2001) / Terres et Chateaux des Eveques de Geneve; Les mandements de Jussy, Peney et Thiez. Matthieu de la Corbiere, M.Piguet, C.Santschi
  7. Les registres des eveques de geneve (http://www.digi-archives.org/fonds/edit-gen/index.php?action=tdm&lang=fr&session=&tdmref=tdm_reg-gentext)
  8. SHAG 1979 Polémiques religieuses (Enquete contre Aymon de Grandson par Marie-Claude Junod)
  9. Jussy: Facettes d’un patrimoine de Pierre Baertschi , Matthieu de la Corbière Alès Jiranek / 2000
  10. https://fr.wikipedia.org/wiki/Aymon_de_Grandson
  11. https://fr.wikipedia.org/wiki/Aymon_de_Cruseilles
  12. http://www.swisscastles.ch/Vaud/chateau/sttriphon.html
  13. http://www.swisscastles.ch/Geneve/lecrest.html
  14. https://www.domaineducrest.ch/fr/page/13/historique
  15. http://www.deblonay.ch/
  16. https://www.e-periodica.ch/digbib/view?pid=rhv-001:1917:25::592#7 (jacques de Rovorée
  17. http://www.digi-archives.org/fonds/edit-gen/static/16.html‘episcopat de Aimon de Menthonay” (reg)

Page modifiée le 01/04/2019